Rechercher
  • Magali

Work, work, work

Donc nous sommes revenues en France pour quelques jours de vacances, pour se relaxer mais surtout pour voir mes nièces Lallie et Lina. Mais nous avons aussi fait un peu de travail dans la maison.

Mardi nous avions rendez-vous avec Anna d'Aquatiris pour qu'elle fasse son étude de terrain pour notre future assainissement. Vu que nous étions là et qu'elle n'avait pas besoin de nous, Catherine a commencé à enlever quelques mauvaises herbes qui recommençaient à repousser sur le bâtiment que nous avions nettoyé en mai. On a fait quelques petits trucs dehors puis sommes reparties.


Le bâtiment à re-nettoyer depuis mai... Les prunes vont rester pour l'instant...

Nous somme revenues le mercredi soir et avons commencé à travailler directement, on ne peut pas attendre! En mai nous avions commencé à ranger tout le bois qu'il y avait amassé en tas par terre depuis de nombreuses années dans le hangar. Il ne nous restait "plus qu'à" nettoyer la sciure, la poussière et les brindilles. On ne savait pas trop quoi faire avec car on en a déjà tellement, par chance mon oncle Hubert qui passait par là avec sa tondeuse tracteur voulait très volontiers tout prendre pour sa chaudière. Il voulait en effet s'en occuper depuis bien longtemps mais n'a jamais eu l'occasion. Alors on a commencé à remplir toutes ses brouettes et ses containeurs et il a tout emporté. Tout le monde était content et une fois balayé il était tant d'aller diner.

Nous n'avons pas d'image avant mais imaginez un minimum de 30cm de sciure, poussière et brindilles et on ne savait pas s'il y avait un sol!



Le lendemain matin nous nous sommes levées tôt car nous voulions faire tellement de choses. On voulait surtout se concentrer sur le devant de la maison et enlever toutes les mauvaises herbes et ronces qui étaient aussi hautes que nous. Pas mal de boulot en effet, et surtout il faut s’habituer à la faune française, entre les grosses limaces oranges et les bêtes bizarres ! On a passé toute la journée sur un seul côté du jardin et on a découvert un banc en ardoise magnifique que je n’avais jamais vu avant et que la famille avait bien du oublié depuis le temps !

Mais surtout, très important, sans compter ceux qui sont cassés et ceux en plastique… j’ai compté 96 pots en terre qui étaient là depuis très très longtemps ! quelle découverte !


Avant... Après...


Avant... Après...


Avant... Après...

Avant... Après...

Ce jour là mon oncle Hubert nous a invitées pour déjeuner. C‘était super ! Il est aussi le maire du village et il a voulu nous tenir au courant des affaires du moment, d’ailleurs le soir même il y avait une réunion à la mairie. Comme ce qu’il venait de nous dire ne nous paraissait pas génial, nous avons donc décider d’y aller aussi. Récemment, un couple d’américains a acheter le château de Falloux (l’emblème du village si on veut, qui a besoin d’un bon coup de neuf) et veut dépenser 5millions d’euros dans les rénovations en faisant travailler des entreprises locales.

Au même moment, la commune avait projeté de faire installer des éoliennes avec une commune voisine pour pouvoir produire des énergies renouvelables. Mais comme les turbines peuvent être vues du château (elle seraient à 3km du château), les américains ont décidés qu’ils ne feraient pas leur rénovations et revendraient le château si les éoliennes étaient installées. Ils ont rassemblé assez de personnes du village qui pensent comme eux (bizarrement) ou qui sont peut être plus attirés par l’argent du couple et ont demandés à la commune de débattre si les éoliennes devaient voir le jour ou non. Mon oncle Hubert qui à très bien géré ce chantage et qui avait bien réfléchi aux options a donc décidé de suspendre le projet des éoliennes pendant les quelques années de travaux du château. En effet, les travaux feront du bien à beaucoup d’entreprises aux alentours pendant quelques années et il peut attendre un peu pour son autre projet, les gens du village en ont bien besoin.

Catherine était super énervée de voir à quel point, même dans un petit village où l’on pensait échapper à ce genre de manipulateurs, des gens aussi égoïstes pouvaient corrompre et faire chanter une commune car ils ont des sous. Après là réunion les américains ont invité tout le village à venir boire un verre dans leur château. Catherine était tellement écœurée qu’elle a refusé et ne voulait même pas leur parler ! elle qui voulait tellement voir ce château depuis le début. Plus tard dans la soirée, Hubert est venu nous voir chez nous et a expliqué ses raisons à Catherine qui était toujours aussi énervée par ses gens et ne comprenait pas comment ils peuvent contrôler ce qu’ils veulent grâce à leur argent.

Le lendemain, on a repris le travail que l’on avait fait en mai sur le côté de la maison. Vers 10h il commençait à faire déjà très chaud sous le soleil et on a préféré ranger et vider quelques chambres dans la maison à la pace. Il fait très frais dans les chambres, voire froid ! Vive l’isolation ! il y a surtout des meubles, mais les quelques objets qui y sont encore nous ont fait plonger dans un monde de souvenirs et d’histoire. Ca a été très dur de se débarrasser de certains souvenirs. C’était comme effacer la vie de quelqu’un, comme si elle n’avait jamais existée. Nous avons donc gardé pas mal de choses, des livres, des photos, des jeux de société auxquels j’ai joué il y a très longtemps. Il y avait aussi les cahiers d’écoles de mon papa et de mon oncle Dom, on peut dire publiquement qu’ils n’étaient pas doués du tout en classe ! Et pourtant ils sont très intelligents, allez savoir… Une fois cette chambre faite nous en avons fait une deuxième, cette fois l’un des trésors a été un nid de souris dans une boîte d’ampoule. Une fois mis dans un sac poubelle dehors (au cas où), Catherine l’a entendu courir dans un buisson, en espérant que celle-ci ne revienne pas.

Avant... Après...


Nous sommes plutôt contentes de ce qu’on a fait en 2 jours mais comme toujours on veut en faire encore plus. C’est tellement addictif, et le fait d’avoir un objectif est tellement entrainant. On a même déjà acheté un peu de peinture pour la prochaine fois, pour redonner vie à quelques meubles et tables que nous aimons beaucoup. Heureusement il n’y a que 2 semaines avant le retour et je suis déjà pressée de recommencer !

A bientôt Le Boulay !


22 vues

Posts récents

Voir tout

Détails

Le Boulay 2

Le Bourg D'Iré

Segré en Anjou Bleu

49520, France

le_boulay@outlook.com

Recevoir la Newsletter

  • Facebook
  • Instagram

© Le Boulay