Rechercher
  • Magali

Welcome to France !


Sur ma route oui….il y a eu du move oui…

Oulala, non je n’ai pas oublié d’écrire, mais comment dire…il s’en est passé des choses depuis janvier !

Après avoir dégelé mes 4 orteils (travailler dans le froid sans avoir les chaussures correctes…. 1ère erreur de débutante, engelures aux orteils et impossible de les bouger pendant quelques jours) J’ai rejoint Londres pour une dernière fois, le 4 février, excitée comme une puce que j’étais, j’avais jamais eu autant envie de quitter la France. Il faut dire que j’avais de bonnes raisons !


J’ai attendu ce moment qui est arrivé en fait très, très vite. Oooh I’m coming back London ! Tu m’as manqué !!! (Et dans ma tête : «mais n’importe quoi ! T’as décidé de partir grosse débile !) Bref, 4 semaines pour voir ma fiancée, mes deux gros chatons, et dire (encore !) au revoir à tous mes copains, manger des burgers et asiatique une dernière fois… Oh oui et aussi, un maximum de temps pour faire les cartons, la raison principale pour laquelle je suis là, surtout ne pas oublier…

Parliament Hill, les beaux jours arrivent, de très belles balades en mémoire

Catherine travaillait encore tous les jours jusqu’à fin mars, avec un seul jour à prendre pour le déménagement. Elle devra donc faire 2 allers-retours entre mars et avril pour finaliser son travail, rendre son ordi etc. Nous avons aussi gardé notre appartement jusqu’au 25 mars, ce qui aide sur beaucoup de plans, les dernières factures, le loyer, le contrat de Catherine, son bonus et bien d’autres. C’est pour ça que je suis l’organisatrice officielle du déménagement.

Fin janvier, la semaine avant d’arriver à Londres, j’avais enfin réussi à trouver un déménageur qui veuille bien transporter nos deux chats, nous et toutes nos affaires. Un gallois très sympathique avec que de bons avis sur internet. Déménagement prévu pour le jeudi soir 7 mars et arrivée le vendredi matin. La pression était donc descendue d’un cran n’ayant plus à rechercher des heures et faire des devis. Place à la bonne pression maintenant !

Première semaine, emballage et cartons à la maison la journée et rendez vous téléphonique avec Baluchon, rappelez-vous, c’est l’entreprise qui construit notre Tiny House à Nantes. Nous avons eu des plans, mais ils seront refaits pour être vraiment parfaits. La mauvaise nouvelle, c’est que la tiny ne sera pas prête avant fin mars 2020 ☹, donc patience.

La cuisine emballée, vers la fin, bonne excuse pour aller au restaurant !

Jeudi soir, nous allons diner une dernière fois chez nos amies et presque voisines Sarah et Caley, elles aussi déménagent, des pages se tournent… Devinez quoi, arrivées en bas de notre rue, je reçois un sms de Darran (notre déménageur), qui me dit qu’il sera là à 18h45 car il est en retard. Je n’en crois pas mes yeux, mon cœur se met à battre à cent à l’heure, et j’ai une soudaine envie de pleurer, en me disant, ce n’est pas vrai, je n’ai pas pu merder à ce point. Je l’appelle et je lui dis Darran, ce n’est pas ce soir, c’est dans un mois !!! Il me dit, non, je suis sur la route, j’arrive. On remonte la rue en panique et attend qu’il arrive chez nous, aussi en panique, me disant que je viens de perdre la moitié de l’acompte, mais qu’il n’y a pas moyen que j’ai dit février ! Il s’en trouve que le 7 février et le 7 mars sont tous les deux un jeudi, et que maintenant je m’en souviendrai ! Bien entendu j’avais dit mars dans mon annonce, mais je lui avais aussi dit que j’arrivais en février pour faire les cartons et que je lui donnerai la liste complète à ce moment là. Du coup, il a eu février dans sa tête. La bonne nouvelle est que nous n’avons pas eu à repayer, si ce n’est £50 dû aux tickets de train. La mauvaise est qu’il ne pouvait plus nous prendre le 7 mars… C’est pour cela que nous avons déménagé le mardi 5 mars au matin. Qui réserve un déménagement une semaine à l’avance seulement ???!!!

Pour finir nous avons bien entendu passé une superbe soirée chez nos amis en rigolant bien de cette histoire qui venait de nous arriver. Par contre, je peux vous dire qu’au final, je n’ai pas été sereine jusqu’à la dernière minute où je suis montée dans le camion en me disant c’est bon il est là.

On ne pouvait pas quitter Londres sans faire une dernière fois tout ce qu’on avait l’habitude de faire, et imprimer dans notre mémoire ces moments pour la dernière fois. Aller voir un concert des Vaccines au Roundhouse, découvrir de nouvelles bières, bien sûr aller dans tous nos restaurants favoris, les brunch ou les précieux Turkish avec Corinne, ou encore les pubs où l’on a pu rejoindre une dernière fois nos copains, comme le Gatehouse, comme au bon vieux temps. Nos endroits spéciaux où l’on a l’habitude de se promener, le long du canal, et surtout Hampstead. D’ailleurs, chose vraiment drôle qui restera gravée à jamais dans ma mémoire, même si à Londres on a l’habitude de voir un peu de tout, c’est lorsqu’on a vu une dizaine de personnes jouer au Quidditch dans le parc, en train de courir pour un ballon avec chacun un balai entre les jambes, en prétendant (ou pas) voler comme des sorciers. Le fait que l’on ai pu revoir au moins une fois tous nos amis avant le déménagement, c’est aussi vraiment énorme, même si on a couru un peu partout, (surtout moi dans mes journées, pendant que Catherine travaillait dur) les weekends et soirées sont passés à une vitesse éclair. Mais cela m’aide de savoir que tout le monde, d’une manière ou d’une autre, est en train de vivre un changement, un déménagement, un changement de travail, un bébé… It’s not the end of the world.

Créations de souvenirs en cours…


Promenade en vélo Santander à Camden

En février, c’était aussi l’anniversaire de Catherine, et je lui avais réservé un petit weekend à Lille, chez nos cousins Carole et Maxence. Bien sûr ma cousine Katy s’est incrustée ;) et mon cousin Steven et sa copine Anne Laure se sont aussi joints à nous. Nous avons passé un weekend génial, mangé des plats typiques dont on ignorait l’existence, et la ville est vraiment fantastique et agréable.

Nous avons aussi quand même travaillé un peu sur notre projet, et grande première pour moi, nous avons assisté à une formation pour les débutants en apiculture, et nous avons pu apprendre sur quelques heures le système des ruches, la vie des abeilles et les différents miels. C’était vraiment intéressant et cela m’a aussi aidé à avoir moins peur de ces petites bêtes. Je ne serai plus à Londres pour la deuxième partie, mais Catherine y assistera en mars, lorsqu’elle sera revenue pour son travail.

Catherine a aussi eu droit à sa soirée de départ, assez émotionnelle, même si elle ne quitte pas vraiment ses collègues tout de suite, après le déménagement, ce ne sera plus vraiment pareil au travail.

Quatre semaines, se sont écoulées, et ce mardi matin à 5h30, nous nous réveillons une dernière fois à Malden road. Un café, vite fait mettre nos dernières affaires dans les valises, les chats dans leurs boîtes et Darran arrive avec son grand camion pour nous emporter très loin d’ici. Les cartons défilent d’une personne à l’autre, le temps de prendre quelques photos et c’est partit. Les larmes n’ont pas eu le temps de couler, le temps est passé trop vite, la journée et la route vont être longues, et une nouvelle histoire s’écrit à partir de ce matin.


Les misérables dans leurs cages et notre vie embarquée dans l’Eurotunnel

10h plus tard, le trajet s’est plutôt bien passé, notre conducteur Darran, aime beaucoup parler et le temps est passé un peu plus vite, même en bon partisan du Brexit, il a été très agréable. Les chats n’ont ni voulu boire ni manger sur la route, mais ont survécus, malgré une petite fuite de notre Bowie. Nous avons seulement mis 15 minutes à tout décharger, c’est dire le peu d’affaires que nous avions ! Ce soir, nous nous installons donc dans notre maison temporaire des 5 prochains mois, le camping-car de papa et maman, alors que les chats eux, ont été installés dans la maison pour le moment, jusqu’à ce que nos travaux commencent, avec interdiction de sortir pendant au moins une semaine. En entrant dans le camping-car, nous avons eu le bonheur de trouver le frigo plein (même le Ricard dans le placard !), ainsi que tout ce qu’il faut pour cuisiner, et même l’eau, le gaz et l’électricité étaient installés, que demander de mieux pour démarrer notre nouvelle vie ☺

La vie en plus petit, et bien on s’y fait plutôt bien ! La tiny house, ce sera un château…

C’est encore l’hiver, il pleut et surtout, les tempêtes de vent nous donnent bien froid, les oiseaux ne chantent pas encore, c’est le silence total, le grand calme. Les deux premiers jours, nous avons dû aller à Châteaubriant pour que Catherine puisse avoir internet et travailler. En attendant, j’organise internet pour Le Boulay, et continue avec les papiers. Les devis d’artisans affluent et je passe beaucoup de temps à éplucher ça avec l’architecte et la banque, pour nos prêts. Surtout bien regarder la provenance des matériaux, ce qui nous importe le plus et les matières utilisées.

Un mois c’est écoulé déjà depuis notre emménagement. Les beaux jours sont arrivés et les premières nuits en campingcar ont été un peu difficiles, beaucoup de bruits nocturnes et matinaux. Oui on adore la nature, mais c’est qu’ils sont bruyants tous ces hiboux, corbeaux , faisans et autres piverts qui décident de s’attaquer aux taules du hangar plutôt qu’aux arbres ! Bonne nouvelle, les insectes et araignées ne sont pas encore arrivés, à part les abeilles, mais je n’ai plus peur….

En attendant les sorties, il faut s’habituer à la nouvelle grande maison

Les chats ont fait leurs premières sorties de la maison, et c’était franchement hilarant, on passe beaucoup de temps avec eux, et tous deux, on totalement changé de comportement, comme s’ils avaient échangé de personnalité à l’arrière du camion! Bowie, qui s’est très bien adaptée alors qu’on pensait qu’elle deviendrait encore plus agressive, se roule dans l’herbe, sent chaque pâquerette et en oublie de se battre avec Spliff, et surtout elle ne mange plus toute sa nourriture non plus. Le pauvre Spliffou a lui passé des journées entières à se cacher sous un matelas ou derrière le canapé, lui qui allait dehors tous les jours. Il a très faim, alors qu’il mangeait peu, et a encore plus peur de chaque petit bruit autour de lui. Au bout de plusieurs essais, il a enfin dépassé les marches de l’entrée !

Le 1er jour de sortie pour Spliffou (échec). Notre premier weekend en visite à la ferme

On ne les arrête plus de découvrir maintenant, et ils nous suivent partout ce qui est super mignon. C’était très bizarre pour Catherine de retourner à Londres dans notre appartement sans avoir les chats là bas. Durant son premier retour à Londres, elle a finit de vendre nos dernières affaires et vidé ce qu’il restait avant que la nouvelle personne s’installe. Ces jours sont comptés au travail, et elle essaie de passer à son futur remplaçant autant de choses que possible, elle travaille très tard et c’est très stressant. Son deuxième retour fin mars marquera la fin de son contrat, elle redonnera son ordi et séjournera chez des amis. Je pense que le jour de son retour en France sera aussi dur qu’il l’a été pour moi sinon plus, entre peur, inconnu et en plus la langue, même si il y a onze ans elle a pris une décision aussi importante dans sa vie, on oublie souvent à quel point c’est dur une fois qu’on a fait un bon bout de chemin. De mon côté je lui fais découvrir les marchés et toutes les choses intéressantes pour nous que j’ai découvert dans le coin depuis novembre, sur la permaculture et autres, en essayant de garder un lien avec Londres et ce qu’on aimait faire.


1er marché de Segré pour Catherine. Les chats sont au paradis ☺

On a aussi pu commencer à s’occuper de notre jardin et à planter quelques petites choses en test. Le temps est passé du très chaud à très froid et c’est encore trop tôt pour beaucoup de choses, surtout lorsqu’on n’a pas de serre, donc patience, patience.


Mesures du jardin

Catherine a enfin pu rencontrer notre architecte Marthe, et le 18 mars, nous avons signé avec tous les artisans. La semaine d’après nous avons signé notre prêt à la banque avec les parents, et les travaux vont pouvoir commencer la semaine du 15 avril. Je pense que c’est la période la plus concrète que l’on ai eu jusqu’ici concernant les travaux !

Nous avons aussi eu la chance de visiter une tiny house Baluchon, et nos plans prennent du temps mais seront faits avant l’été. Cependant, notre autorisation à la mairie n’est pas partie gagnée selon mon oncle Hubert, et il faut que je commence à démarcher les conseillers pour nous présenter. Prochaine étape, faire connaissance !

Portes ouvertes à Clisson de la tiny house et dégustation de Muscadet !

En attendant de pouvoir vous envoyer des photos de nos travaux et de l’évolution du Boulay, n’hésitez pas à venir faire vos curieux, venez nous faire coucou, nous encourager ou même nous filer un coup de main si vous avez le temps, apparemment, il y a toujours quelque chose à faire ! ☺

Alors on vous dit à Bientôt !

55 vues

Posts récents

Voir tout

Détails

Le Boulay 2

Le Bourg D'Iré

Segré en Anjou Bleu

49520, France

le_boulay@outlook.com

Recevoir la Newsletter

  • Facebook
  • Instagram

© Le Boulay