Rechercher
  • Magali

Des noms d'oiseaux à n'en plus finir

Et bien quelle aventure! Tellement de choses se sont passées au Boulay ces trois derniers mois, quel été! C’est avec émotion que l’on peut enfin prendre le temps de s’arrêter et d’écrire un petit résumé de tout ça. Comme beaucoup d’entre vous le savent, notre Tiny House est arrivée, nous avons reçu avec plaisir nos premiers clients et ce n’est que du bonheur d’accueillir tout ce petit monde. Je suis devenue maraichère et j’ai pu vendre mes premiers fruits et légumes Made in Le Boulay. Nous avons adopté des poules, des canards et un lapin (ou plusieurs). Nous avons restauré les chaises de la maison et celles du jardin de La Tiny Kiwi, Catherine nous a fabriqué des étagères et un compost en palette pour les toilettes sèches. Nous avons revu amis et famille, fait des pique-niques, des barbecues, fait des visites touristiques pour savoir de quoi on parle au gens, et sommes allées à la mer! Sans oublier tous les bons repas au restaurant dont nous avons pu profiter, mais il y a beaucoup trop de choses à vous dire, donc on va essayer de la faire courte encore une fois et de ne pas vous ennuyer, alors voici les gros titres!


Bien sûr l’évènement le plus attendu a été l’arrivée de La Tiny Kiwi (quel beau nom!) Après des années à en rêver, deux ans au moins à préparer, planifier et organiser, Laëtitia et Vincent de l‘équipe Baluchon nous ont livré notre tiny house. C’était magnifique, une belle journée ensoleillée (une canicule en fait) et tout s’est passé comme sur des roulettes. Mon cousin Mathieu est arrivé le matin pour nous aider à finaliser quelques trucs. Vers midi, Catherine commençait impatiemment à scruter à la fenêtre de la cuisine et à surveiller la route. Puis quand Laëtitia m’a envoyé un sms me disant qu’ils seraient là dans environ 1h, on a pu se relaxer un peu (pour 30 minutes en tout cas). Puis Catherine s’est installée sur la route avec son appareil photo en attendant, un peu comme à Noël. Prête à tout documenter de cet évènement historique, lorsque La Tiny House a pointé son nez au bout de la route, Catherine et moi ne pouvions nous empêcher d’avoir un sourire idiot jusqu’aux oreilles. Elle est tellement belle et elle est là!!! J’avais tout de même rêvé que la mauvaise tiny house nous était livrée quelques nuits plus tôt. Après avoir discuté ensemble de comment l’emmener jusqu’à sa destination finale, Laëtitia et Vincent se sont mis à la tâche, et on a regardé. Enfin Catherine prenait des photos, Mathieu les a aidé à enlever quelques pierres qui gênaient pour le virage, puis j’ai fini sur une échelle à scier une grosse branche qui n’était pas décidée à laisser passer la Tiny House sans l’érafler.

Une fois sur place, Vincent s’est activement mis au travail pour la caler et la mettre de niveau à l’aide d’un laser. Mes parents étant arrivés, il ne manquait plus qu’à brancher l’eau et l’électricité, puis à célébrer tous ensemble!

Quelques membres de la famille sont arrivés pour célébrer encore un peu et visiter la « cabane», comme les enfants l’appellent. Puis nous avons pu passer les deux premières nuits dedans, et profiter d’un dépaysement total, même en restant au Boulay!

Nous souhaitons encore une fois dire un grand merci à Laëtitia, Vincent et toute l’équipe de Baluchon d’avoir fabriqué une aussi belle Tiny House et avoir réalisé une grosse partie de notre rêve.



Tard un matin de juillet, mon oncle Hubert est arrivé chez nous, en nous disant, « j’ai vos poules». Après quelques secondes de confusion, je me suis souvenu lui avoir dit de nous dire quand il irait acheter de nouvelles poules pour lui un de ces jours. Bref on a pas de poulailler, et nous voilà avec une poule chacune dans les bras. Espérant qu’elles ne s’envolent pas, nous les avons mis près des cages à lapins et avons bloqué l’accès avec du grillage, pour pouvoir finir de manger notre repas et réfléchir à un plan d’action. Elles se sont envolées, d’abord une, dans les ronces, qu’Hubert nous a aidé à retrouver, puis l’autre, puis les deux encore une fois… Un peu exaspérés, nous avons laissé tomber pour aller manger. A notre retour, il nous a fallu environ deux heures pour les retrouver dans les buissons, silencieuses et camouflées dans les mûres. Papa qui venait d’arriver leur a coupé un petit bout d’aile pour ne pas qu’elles s’envolent le temps de s’habituer. Ni une ni deux, nous étions en action pour leur fabriquer le meilleur des poulaillers, une vieille remorque, ou moitié de voiture, que je voulais isoler et peindre pour un futur poulailler, mais ça attendra, les poules sont là! Une fois nettoyé, mis du foin et quelques tiroirs pour dormir, nous avons installé une clôture avec ce qu’on avait sous la main et en 2-3h le tour était joué, même si totalement imprévu, on était impressionnées et très contentes. Après cela, nous avons passé tellement de temps à les regarder, découvrir, sauter, manger un peu de tout, on les aime déjà! Il nous a fallu un peu de temps pour choisir leurs noms, car on ne les connaissait pas, mais après une bonne idée de la maman de Catherine, nous sommes ravies de vous présenter Thelma et Louise. En plus elles veulent toujours s’échapper…



Nous avons rencontré des amies du lycée lors d’un pique nique à Combrée. Une journée magnifique où l’on a bien rigolé. Quelques jours plus tard, j’ai reçu un message pour organiser l’arrivée du lapin. Catherine, un peu perplexe, n’était pas sûre d’avoir tout bien compris ce jour là, et pensait que je rigolais quand j’ai dit à mon amie qu’on recueillerait son lapin avec plaisir si elle n’en voulait plus. Deux jours après les poules, Carotte est donc arrivée. Une super mignonne petite lapin bélier. Mais quelque chose de mystérieux est arrivé, après quelques jours, impossible de s’en approcher, elle grognait et nous sautait dessus quand on voulait la nourrir et dès qu’on ouvrait sa cage! Un monstre! Tellement différent de lorsqu’elle est arrivée… Après quelques semaines de stress, peur, questionnement de ce qu’on allait faire, me voilà devant la cage de Carotte et là…Un gros nid plein de poils ! Carotte était enceinte avant son arrivée et avait donné naissance à d’adorables petits bébés! Quelle surprise d’adopter un lapin et en recevoir quatre…




Après ces belles arrivées, nous avons trouvé une famille de canards coureurs indiens sur le Bon Coin. J’en voulais depuis très longtemps car ils aident beaucoup dans les jardins de permaculture, contre les limaces, les doryphores et autres indésirables, sans tout détruire sur leur passage en prime. Voilà donc une petite famille de plus d’installée au Boulay. Ils se sont très bien habitués, même s’ils ont toujours peur de nous, mais nous avons tout de même un œuf par jours, ainsi que deux œufs de poules par jour, bien assez pour nous et nos brunchs! Il nous a fallu encore un peu de temps pour trouver des noms, mais nous vous présentons maintenant Lady D, Marlon et le petit Nemo, qui d’ailleurs grandit vite et ressemble exactement à son papa. Ils commencent déjà à se chamailler et nous avons donc pensé à agrandir la famille avec une autre femelle pour ne pas les frustrer. Marley, une toute jeune femelle a donc fait son arrivée il y a environ 2-3 semaines, et c’est encore un peu compliquer mais la situation s’améliore de jours en jours.



Un tas d’autres choses se sont passées au Boulay, les dernières récoltes, la cueillette énorme de poires, les compotes et conserves ratées et les réussies. L’installation de plusieurs étagères dans la maison et même d’une penderie pour nos vêtements! Et oui le luxe! Les canards peuvent aussi profiter d’un nouveau bassin que j’ai installé dans le Squirrel Garden, dédié aux grenouilles, qu’ils ont dévoré… oups (il en reste quelques unes). Les oiseaux et abeilles en profitent aussi, ainsi que des derniers tournesols et fleurs de bourraches tout autour. Fini les balades de 200m avec un seau d’eau dans chaque main pour moi aussi!



Voilà pour ce petit tour d’été au Boulay. Cela a été parfois stressant, parfois douloureux, et parfois très drôle, mais surtout on a appris des centaines de choses et été surprises des dizaines de fois. Place maintenant à l’automne, avec des jours plus frais et courts, les plantes à rentrer, l’organisation prochaine, et profiter de notre nouvelle vie en tant qu’hôtes.

57 vues

Posts récents

Voir tout

Détails

Le Boulay 2

Le Bourg D'Iré

Segré en Anjou Bleu

49520, France

le_boulay@outlook.com

Recevoir la Newsletter

  • Facebook
  • Instagram

© Le Boulay