Rechercher
  • Magali

Retour en France semaine 1 : Eté Indien


J’ai donc fait le grand saut mardi 16 octobre, un aller simple direction Le Boulay pour toujours, plus de retour en arrière!

J’étais triste, je me sentais vide, j’avais peur, et surtout je ne voulais répondre à aucune question le jour de mon arrivée. C’était un peu comme un enterrement, comme si j’allais perdre quelque chose, plus particulièrement une (très) grosse partie de moi. J’étais embêtée de ne plus parler anglais, dégoutée de savoir que ma mémoire allait peu à peu effacer ma routine londonienne, parce que oui, d’ici quelques mois, tout ça me paraîtra loin et j’en avais pas envie.

Après avoir dit au revoir à Catherine sur le quai numéro 10 de la gare de Stratford, j’ai laissé couler mes larmes. J’ai pleuré dans le train, dans l’avion, tout le long. Au moment d’arriver chez mes parents je n’avais déjà plus de larmes et cela allait un peu mieux. Ils m’ont laissé un peu de temps pour retrouver ma chambre et déballer mes affaires, retrouver mes esprits. Mais c’était toujours bizarre, je pensais me sentir comme en vacances et puis au bout d’une semaine ça allait me faire un coup de massue sur la tête en réalisant que je ne repartais pas, mais non, j’ai eu le coup de massue tout de suite !

J’ai donc essayé autant que possible de recréer ma routine. Le premier jour je me suis réveillée tôt, fait mes étirements et remplacé mes 20min de vélo journalier pour aller au travail par le vélo d’appartement de maman en regardant Netflix ! J’avais pas mal de papiers à remplir et de choses à trouver sur internet j’ai donc réussi à garder cette routine pour quelques jours et me sentais déjà un peu mieux.

Le temps était magnifique et il faisait si chaud qu’on se croyait début septembre, on était encore en Tshirt la plupart du temps. Le vendredi je commençais déjà à perdre la tête dans mes papiers et une amie de longue date est venue me sauver en m’offrant une bière en terrasse et me changea les idées ! J’ai pu enfin arrêter de réfléchir pendant une heure, merci Céline !

Je dois dire que le livre que j’ai acheté « Le guide du retour en France » m’a beaucoup aidé pour m’organiser dans les papiers, dossiers et formulaires, à savoir quand les remplir et comment, et surtout sur le côté psychologique de rentrer dans son propre pays après s’être ouverte sur le reste du monde. Je le recommande vraiment, je me suis sentie beaucoup moins seule dans ma situation et complètement comprise, si bien que je relisais certains passages dès que je me sentais un peu moins bien.

Le premier weekend, mes parents sont venus m’aider au Boulay. Maman a récolté quelques fruits et noix, tandis que papa s’est décidé à sortir avec le tracteur tout le matériel agricole du hangar qui était inutilisé depuis au moins 20 ans (je dirais sûrement 40…). Je voulais tout sortir pour pouvoir me faire une idée de la quantité de choses qu’on avait et aussi pour en prendre des photos et vendre ce qu’on n’utilisera pas et me faire un petit revenu vu que je ne compte pas trouver un travail de si tôt. Et oui quelle chance, vous allez dire… mais non, juste pas le temps, et c’est un gros risque que nous avons décidé de prendre avec Catherine !


Les objets ramassés dans le jardin et autour depuis 2ans

Bref, certains des accessoires on une valeur, de musée on va dire, mais je ne peux pas les vendre car les musée n’acceptent que les donations, donc je vais devoir creuser un peu plus. Certains on voudra les garder comme symbole de notre héritage, et le reste, si on ne s’en sert pas… direction Le bon Coin ! Si vous êtes intéressés faites moi signe !

Le « bazar »

En tout cas, une très bonne chose de faite ce jour là, a été de s’être (enfin !) débarrassée de tous les produits chimiques et ménagers que nous avions rassemblés depuis que nous avions acheté la maison. Et il y en avait beaucoup ! Nous avons emmené toute une remorque au centre de recyclage et avons réussi à surprendre les employés quand ils ont vu ce qu’on ramenait, des vieux produits de nettoyage de mamie à la peinture très vieille, en passant par les fertilisants et désherbants Monsanto et compagnie plein de glyphosate et tout ce qui va avec ! Ca ne vous donne pas envie de manger mes légumes maintenant n’est ce pas ??? Oui bon je dois dire que je pense très fort au fait, qu’il n’y ait rien eu d’utilisé depuis une vingtaine d’années j’espère…

Je ne suis sortie voir aucun de mes amis la première semaine et travailla autant que possible dans le hangar et le jardin. Je partais de chez papa et maman le matin ou après manger et revenais à la nuit tombée. Sous les équipements dans le hangar, il y avait une couche épaisse de foin, paille, terre et pierres, parfois des bâches et des pneus. J’ai aussi trouvé des os de bœuf énormes pour quelque raison (enfin j’espère que c’est un bœuf) ! J’ai passé la plupart du temps à peller, ratisser et ramasser les pierres et rochers, et à la fin je me suis retrouvée avec un tas énorme de cailloux, ce qui m’a donné l’idée de les réutiliser pour quand on fera le bassin de baignade naturel.

Qui veut des cailloux ? Petit transfert de paillis du hangar au jardin

J’ai réussi à utiliser les épaisseurs de foin, paille et terre pour recouvrir notre jardin pour l’hiver, mais le reste était souillé par des huiles de moteur et j’ai donc dû le brûler.

Je pense avoir réussi à me concentrer sur le projet un maximum pour le moment, même si quand les gens me posaient des questions sur la maison je devais répéter la même chose à chaque fois et devenais secrètement frustrée ! Mais comment être ennuyée quand les gens s’intéressent à notre projet et tiennent à nous ? A la fin, je suis sortie de ma bulle et suis allée au restaurant avec mes copines du lycée, j’étais un peu stressée au début pour une multitude de raisons, mais je me suis tellement amusée que j’en avais mal aux joues et ça m’a fait tellement de bien de les revoir.

C’est la fin de cette première semaine, plus motivée que jamais et impatiente que tout commence à bouger !

Récolte d’épinards et fruits pour la famille :)

0 vue

Posts récents

Voir tout